Energies et développement, vu du ciel...

Publié le par E&D

Revenant récemment d'un capitale d'Afrique de l'ouest vers Paris par un vol de nuit, j'ai pu faire de mon hublot le constat des immenses disparités d'un pays à l'autre.

Le décollage a eu lieu peu après le coucher du soleil dans une obscurité qui est vite devenue totale. Quelques heures plus tard, le port de Conakry avec ses navires illuminés m'a déjà surpris. Déshabitué de ces lumières nocturnes, je lui ai trouvé des airs de fêtes. Mais ce n'était rien comparé au spectacle que j'ai aperçu à l'approche de Paris : une terre lumineuse à perte de vue, couverte de points incandescents orangés... Il fait toujours nuit noire mais la masse sombre qui défilait sous l'avion a laissé la place à une vaste étendue en fusion, une mer de lave en train de refroidir.

C'est beau, mais surtout cela semble incroyable après quelques semaines passées éclairé, au mieux, par des ampoules vascillantes et plus souvent par une lampe à pétrole.

 

Ce qui sous notre avion met ainsi la terre en fusion, ce n'est pas la chaleur mais l'activité des hommes.

Derrière la lumière il y a un formidable flot d'énergie électrique, principalement. L'énergie, son abondance, sa maitrise, sa disponibilité, est le révélateur du niveau de développement d'un territoire, mais elle en est aussi la condition. Voilà la raison d'être de ce site.

 

Visiter la nouvelle addresse d'Energie et développement

Consulter la formation "choisir et installer un groupe électrogène"

Consulter la formation "énergie solaire et électricité photovoltaïque"

Consulter la formation "alimentation de secours par batteries"

Publié dans Edito

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article