Débat national sur la transition énergétique à la rentrée

Publié le par E&D

Au creux de l'été, l'information vous a peut-être échappé : le 18 juillet, la ministre de l'écologie a confirmé qu'une conférence environnementale serait organisée à la rentrée pour préparer un "grand débat national sur la transition énergétique" qui occupera sans doute toute la fin de l'année.

 

De quoi s'agit-il ? Ce débat sur la transition énergétique réunira, c'est certain, des représentants de l'Etat, des élus locaux, des deux assemblées, des syndicats (de salariés comme d'employeurs) et des ONG. On peut espérer que la population sera également associée, avec (pourquoi pas ?) un référendum à la clé. L'objectif de la conférence environnementale sera justement de préciser la méthode qui sera utilisée pour le débat.

 

Ce qui est certain en tous cas, c'est qu'il y a urgence. Les résultats du commerce extérieur français, publiés le 8 août, sont éloquents : une facture énergétique de 34.2 milliards d'euros au premier semestre sans laquelle le commerce française serait pratiquement à l'équilibre. Au lieu de ça, ce sont des dizaines de milliards d'euros qui sont drainés hors du pays, des centaines de milliards d'euros par an à l'échelle de l'Europe... Et à la problématique économique, s'ajoutent des impacts environnementaux, sociaux et géopolitiques tout aussi dramatiques.

Il y a donc plus que temps de changer de modèle. D'autant que celui que nous utilisons actuellement, hérité d'une époque de pétrole abondant puis légèrement corrigé par la nucléarisation des années 70-80, ne fait plus consensus. Cela peut sembler une évidence, et pourtant ! Jusqu'à récemment le coût environnemental liés à l'extraction des hydrocarbures et tout particulièrement des hydrocarbures non-conventionnels était une réalité lointaine mais avec le gaz de schiste, ce n'est plus la péninsule arabique ou l'Alberta qui sont menacés, c'est notre environnement immédiat. Quant au nucléaire, le consensus droite-gauche a longtemps semblé inébranlable, sa remise en question est l'une des nouveautés de la campagne 2012.

 

Cette fois, ce n'est donc pas une adaptation à la marge qui est nécessaire mais bel et bien un nouveau modèle, avec ce que cela comporte d'investissements, de risques et de mécontentements. C'est un objectif ambitieux, le débat sera-t-il à la hauteur ? La conférence environnementale sera une première indication essentielle.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article